ActualitéEnvironnementInternational

Sommet du Rwanda : Présentation d’un outil « innovateur » pour faire face aux menaces qui pèsent sur les aires protégées et la faune sauvage à Kigali

Sommet du Rwanda : Présentation d'un outil "innovateur" pour faire face aux menaces qui pèsent sur les aires protégées et la faune sauvage à Kigali

Pour contribuer à l’amélioration de la gestion des aires protégées et la faune sauvage et l’atteinte des objectifs de conservation en Afrique Centrale, l’Observatoire des Forets d’Afrique Centrale (OFAC), grâce à l’appui du programme Biodiversité et gestion des aires protégées (BIOPAMA, sigle en anglais) a proposé un outil intégré en support à la planification, au suivi et à l’évaluation de cette biodiversité écologique, apprend-on mercredi 29 septembre 2021, de source autorisée à Kigali.

AT

S’exprimant en marge de la douxième réunion de cinq jours qui a connu la participation des membres du Sous-Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage en Afrique Centrale (SGTAPFS), Tanya Merceron, Coordonatrice régionale de BIOPAMA pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale a expliqué que l’outil dénommé IMET (outil intégré sur l’efficacité de gestion) favorise l’adoption d’une approche proactive axée sur les résultats, grâce à des paramètres qui peuvent décrire et quantifier l’environnement et son évolution.

D’après la même source, il s’agit d’un outil sous format d’une application web conçu et développé notamment afin de soutenir directement les gestionnaires, sur le terrain et au niveau central (agences nationales de gestion des aires protégées) en vue d’améliorer l’efficacité de gestion des aires protégées et, plus généralement, la conservation de la biodiversité.

A en croire la même experte, cette version nécessite de disposer d’une connexion Internet pour travailler. Une fois les données enregistrées via l’interface fournie par l’outil, l’utilisateur peut alors évaluer le contexte et l’efficacité de la gestion d’une aire protégée grâce aux graphes d’analyses générées. A travers cette version, la base de données régionale OFAC offre un espace de stockage et d’analyse de ces données IMET, avec un accès restreint aux utilisateurs propriétaires de ces données.

En marge du groupe de travail des experts sur la biodiversité en provenance de dix pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) qui se tient à Kigali, les participants examinent notamment les tenants et les aboutissants dans la mise en œuvre d’une feuille de route dans l’harmonisation et l’amélioration des cadres législatifs et institutionnels relatifs à la gestion de la Faune et des Aires Protégées (SGTAPFS) ainsi que sur les opportunités de labellisation des Aires Protégées d’Afrique centrale.

La récente publication de l’Etat des Aires Protégées d’Afrique centrale montre que le réseau sous-régional comprend actuellement 206 aires protégées occupant environ 799 000 km2, toutes catégories confondues, ou 14,8% des terres et 5,0% de la zone économique exclusive marine des pays d’Afrique centrale.

Au délà de l’IMET, l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale propose également d’autres outils dont la plateforme Africa TWIX (outil internet d’échange et de partage d’information dans la lutte contre le commerce illégal des produits de faune et flore sauvage).

Ces innovations ont été développées pour pallier aux difficultés d’accès à la connexion Internet rencontrées dans de nombreuses aires protégées, indique-t-on.

Selon Mme Tanya, Ces initiatives permettent la prise de décision aux niveaux local, national et régional sur la base d’informations fiables et pertinentes.

Laisser un commentaire