ActualitéPolitique

Côte-D’Ivoire : La perpétuité requise contre Guillaume SORO dans l’affaire d’ «atteinte à la sureté de l’Etat.»

Côte-D’Ivoire : La perpétuité requise contre Guillaume SORO dans l’affaire d’ «atteinte à la sureté de l’Etat.»

En cote d’ivoire à quelques heures du retour de l’ex président Laurent GBAGBO un autre opposant au régime d’Alassane OUATTARA doit faire face à une condamnation à perpétuité. Il s’agit de l’ancien chef rebelle et ancien président de l’assemblée nationale Guillaume SORO.

Laurent TONEGNIKES

Guillaume SORO fera probablement face à l’une des peines les plus dures. La perpétuité dans l’affaire de complot contre l’Etat qui l’oppose au pouvoir en place dans son pays. Un procès qui a débuté le 19 Mai et dans lequel il est accusé « pour atteinte à la sûreté nationale ».

Guillaume Soro et 19 de ses partisans sont accusés de « complot« , « tentative d’atteinte contre l’autorité de l’État » et «  diffusion et publication de nouvelles fausses jetant le discrédit sur les institutions et leur fonctionnement, ayant entraîné une atteinte au moral des populations ».

Si 20 ans sont requis contre Souleymane Kamagaté dit Soul to Soul, ex-chef son protocole, son avocate et ancienne ministre Affoussy Bamba, et contre son responsable de la Communication Toure Moussa tous deux en exil, le procureur Richard ADOU requiert contre lui la prison à vie.

L’ancien ministre Alain Lobognon, considéré comme son bras droit, Simon Soro son jeune frère et 7 militaires eux, écoperont de 17 mois de prison ferme pour « troubles à l’ordre public ». Outre cette décision le juge demande la dissolution pure et simple du mouvement politique GPS GENERATION ET PEUPLES SOLIDAIRES. Un procès politique selon son avocat Souleymane DIALLO. Guillaume SORO ancien chef rebelle qui s’est allié à Alassane Ouattara pour faire tomber Laurent GBAGBO est en exil depuis 2018.

Cette condamnation qui sera confirmée ou non le 23 juin prochain s’ajoute à la peine de 20 ans qui a été prononcée contre lui en 2020 pour recel de détournement de deniers publics dans une affaire de résidence achetée alors qu’il était premier ministre de la Côte-D’Ivoire.

Laisser un commentaire